Fond haut bioustensiles
Bioustensiles
Bioustensiles,
Fabriquant d'ustensiles
haut de gamme à usage unique,
en bois d'érable naturel.

Contactez nous !
fond haut 2 bioustensiles

L'invasion du couvert en plastique ...

 
Johanne Robert
 
L’invasion de plastique est loin de se ralentir ...
 
Notre insatiable appétit pour le plastique sous toutes ses formes est si grand que les efforts de recyclage seront loin de suffire à préserver l’environnement de ses atteintes. Le plastique, c’est fantastique …ment dangereux pour la nature (dont nous et les animaux). Alors que Noël est terminé et que les soldes battent leur plein, les services de retraitement des déchets refont le même constat que chaque année : nous sommes inondés par le plastique. Littéralement!
 
Un peu partout en Europe, c’est la même chose : par exemple, au Royaume-Uni un peu moins de 25 % des déchets de plastique sont recyclés. Mais pendant la pointe de consommation des fêtes de fin d’année, ce taux de recyclage plonge. Résultat, le plastique s’insinue partout : dans l’eau évacuée par nos lave-linges, dans les rivières, dans les océans où d’immenses continent de plastique flottant forment de redoutables vortex.
 
La faune évidemment finit par ingérer ce plastique plus ou moins microscopique et la chaîne alimentaire est contaminée par ce plastique qui étrangle la planète. Dans certains pays, l’invasion du plastique se voit à l’oeil nu, dans les champs, dans les rues, dans les cours d’eau.
 
Ceux qui sont allés en Inde, en Afrique du Nord, en Afrique noire, … et même en Amérique latine, savent de quoi il retourne. Les paysages sont envahis de millions de sacs plastiques entraînés au gré du vent quand ils ne sont pas simplement brûlés à l’air libre au prix de fumées toxiques.
 
Plastique quelques repères :
 
- 8 % du pétrole mondial servent à fabriquer du plastique.
- La "durée de vie" moyenne d'un sac plastique est de 20 minutes avant de finir à la poubelle.
- En Europe, la consommation moyenne de plastique par habitant= 19,4 Kg/an soit plus de 600 bouteilles
- Une étude américaine de 2004 a montré que :
- 50% du plastique produit finissent en décharge
- 20% du plastique sont transformés en biens à longue durée de vie
- 5% du plastique sont recyclés
Où passent le quart manquant soit 12,5 millions de tonnes ? Dans les océans et mers.
En Inde ou en Chine, où on produit autant de plastique qu’aux USA, soit 50 millions de tonnes, il n’existe quasiment pas d’infrastructure de recyclage.
 
Selon la fédération des producteurs de plastique PlasticsEurope, 265 millions de tonnes de plastique sont produites dans le monde chaque année. Au Royaume-Uni, environ les 2/3 de cette production servent pour l’emballage. Globalement, cela se traduit par de tonnes de plastique ; autrement dit 170 millions de tonne sont fabriquées pour être jetées après un seul usage.
 
Malgré un taux de recyclage moyen de 33% en Europe, bien meilleur que la moyenne mondiale, cela représente 113 millions de tonnes de plastique qui finissent dans l’environnement, dans des décharges ou brûlées à l’air libre. Les experts estiment que le chiffre réel est bien supérieur et qu’en tout cas, cela représente assez de plastique pour tout recouvrir tout le territoire nord-américain d’un film plastique comme le plastique alimentaire.
 
Près de Mexico city, la décharge de Bordo Poniente qui depuis 1985 couvre 600 hectares recevaient 12,600 tonnes de déchets par jour. La Mairie de Mexico a pris les choses en main : chaque jour 3,600 tonnes de poubelle sont recyclées, 3,000 tonnes sont utilisées en compost, 800 t. de bouteilles plastiques et emballages sont recyclées et 600 t. sont utilisées pour produire du carburant. Il reste néanmoins 4,600 t. Dont on ne sait que faire chaque jour.
 
Alors que beaucoup de gouvernements poussent pour l’interdiction des sacs plastiques, leurs fabricants soulignent que leurs remplaçants sont parfois pires en termes d’émissions de gaz à effet de serre :
 
- Une étude autrichienne leur sert d’’argument : le cabinet Denkstatt a imaginé ce que serait un monde sans plastique. Un monde où les consommateurs, les agriculteurs, les industriels, les commerçants utiliseraient du bois, du papier, des cartons, des bouteilles en verre ou en terre, etc. pour remplacer le plastique.
 
Selon cette étude, cela entraînerait une multiplication par 3,6 fois du poids total des emballages et il faudrait plus que doubler l’énergie consommée pour les fabriquer. Conséquence, les gaz à effet de serre seraient 2,7 fois plus élevés. Cela n’est pas étonnant car le plastique, pour son poids est finalement très résistant, léger et dure longtemps. Très léger, il permet de protéger la nourriture, les boissons, l’électronique, … et de les conserver dans de bonnes conditions.
 
Pour comprendre cela, considérons les propriétés du plastique qui la rendent si attrayante: il est durable, flexible, il ne se brise pas, il peut respirer (ou pas) et il est extrêmement léger. En conséquence, la nourriture et la boisson sont protégés contre les dommages et conservés pendant des durées inimaginables.
 
Selon la Pafa, Association européenne des fabricants de films d’emballage, les pays développés jouissent d’un taux de perte de 3% dans le long de la chaîne agroalimentaire, du producteur au consommateur, contre 50% dans pays en voie de développement. L’utilisation du plastique, à tous les stades, sous forme de palettes, de caisses, de plateaux, etc. y contribue largement, y compris chez le consommateur final où "un concombre sous film plastique se conserve de 2 à 14 jours".
 
Beaucoup plus léger que les emballages concurrents, le plastique permet donc de réduire le carburant nécessaire au transport de marchandises : d’ailleurs l’impact carbone de notre alimentation serait estimé selon cette étude 1 tonne de CO2 pour fabriquer le plastique et 5 tonnes pour le transport.
 
Difficile de remplacer tout le plastique ...
 
Selon Denkstatt remplacer le plastique par un matériau alternative augmenterait la masse des emballages d’un tiers au niveau mondiale et la consommation d’énergie correspondante doublerait à 1,240 million GJ par an soit l’équivalent de ce qu’il faut pour chauffer 20 millions de foyers. L’étude conclut que le plastique n’est pas seulement un emballage pratique mais également peu coûteux et sûr. Emballer des aliments frais avec du plastique réduit le taux de perte de plus de 10%.
 
De manière assez surprenante, certains écologistes font remarquer que le plastique qui finit enterré dans les décharges a un coté positif : parce qu’ils sont inertes dans les décharges, les déchets plastiques enfouis dans le sol sont un moyen de facto de "séquestrer" le carbone. Ils contribuent ainsi à limiter l’accroissement du changement climatique.
 
La résistance mondiale s’organise!!!
 
Partout dans le monde, des restrictions apparaissent pour calmer l’insatiable appétit des consommateurs pour le plastoc. Celui-ci est devenu après la 2ème guerre mondiale, le symbole de notre opulence, de notre puissance économique et de consommation prolifique. Le plastique, jetable, symboliser un style de vie.
 
Malgré tout bien des pays cherchent à réduire la marée de plastique : au Pays de Galles, en Irlande et dans bien des pays, une taxe sur les sacs en plastique a été instituée pour réduire leur distribution. Dans certains pays, comme l’Afrique du Sud, la Tanzanie, distribuer des sacs plastique est interdit.
 
Même en Chine, le plastique commence à gêner
 
Et oui, en Chine les autorités ont décidé d’interdire les sacs plastiques ; ce qui ne les a pas éliminés mais suffisamment réduit pour faire malgré tout une vraie différence. Les Chinois estimaient qu’ils avaient ainsi pas utilisé 40 milliards de sacs plastiques pour les seules années 2008 et 2009. La population chinoise commence à comprendre le danger : une dizaine de milliers de manifestants ont réussi à faire fermer une usine (près de Xiuamen dans le sud de la Chine) qui produisait 700,000 tonnes annuelles de paraxylène (PX). Ce produit à base de benzene –sert à la fabrication de bouteilles plastiques et de vêtements en polyester.
 
Pour l’instant le plastique garde un bel avenir car les plastiques biodégradables restent coûteux à produire. Les emballages "verts" se multiplient, plus écologiques et biodégradables, fabriqués soit à partir de produits naturels comme l’amidon de maïs ou en utilisant un additif qui permet de décomposer le plastique.
 
Le recyclage du plastique pose problème :
 
Le recyclage, autre voie envisageable, reste très difficile : le plastique est particulièrement difficile à recycler car il en existe trop de sortes différente et parce que le plastique est difficile à décontaminer contrairement au verre par exemple. Une innovation devrait faciliter le retraitement automatique du plastique : un colorant a été mis au point qui colore les sacs en plastique en noir et qui, contrairement aux autres composants, peut être détecté par les machines de tri automatique.
 
Plus généralement, les industriels du déchet utilisent des centrales d’incinération : celles-ci sont très critiquées par les associations environnementales. Elles s’inquiètent de la manière de ce que deviennent les résidus et les cendres issus des incinérateurs ainsi que des émissions de ces usines respirées par la flore environnante.
 
(à juste titre entre nous : pour info : les déchets domestiques finissent par laisser 1/3 de leur poids en cendres après incinération ... mais, recycler 1 tonne de bouteilles en plastique permet d’économiser : 830 litres de pétrole (soit plus de 3 barils), 430 m3 de gaz naturel, la consommation en énergie d’un habitant durant 14 mois, la consommation domestique en eau d’un habitant durant 2 mois)
 
Conclusion : Les nouveaux matériaux comme les plastiques biodégradables ne sont pas encore aussi bon marché que le plastique issu du pétrole. Le plastique continue donc à être un matériau primordial dans la vie quotidienne et même si des substituts apparaissent, les habitudes sont parfois longues à changer. Pourtant la diminution de la distribution des sacs plastiques dans les supermarchés montrent bien que le public peut s’y habituer. Pourtant tout le monde ne fait pas d’effort, il suffit de regarder autour de soi ... Alors, agissons!!
 
 
 

 
couvert jetable
plastique ou sans plastique
couvert en plastique
Suivez nous sur :
liens réseaux sociaux
Autre Source : La vie en vert / télé Québec
 Vous faites attention à ce que vous mangez,
faites attention avec quoi vous le mangez..

Bio Ustensiles vous offre : Juste du 100% naturel...